Bioéthique et nanotechnologies - applications et dangers

Publié le par Julien Montet

Appliquées à la médecine, ces méthodes peuvent sans problèmes être conçues comme la source d'un mieux être tout à fait évident, souhaitable et partagé :

 - dissoudre les caillots de sang et améliorer les circulations sanguines détériorées (en relâchant de l'oxygène à taux constant dans le flux  sanguin

 - détecter des anomalies des leur apparition type cellules cancéreuses ou amélioration des soins en ne traitant que les cellules malades sans affecter l'environnement. et éliminer les métastases 

Il en va de même dans le domaine de la pharmacologie

- identifier les gènes impliqués dans l'efficacité (ou l'inefficacité) d'un produit, ou ses effets indésirables. 
- ouvre le champ des potentiels thérapeutiques en montrant qu'une molécule a sur une cible une action véritable.
- permet d'identifier les effets secondaires d'un produit et, lors des essais cliniques, de faire des mesures de toxicité

En revanche, lorsqu'on parle de surveillance électronique ou d'armement, il semble évident qu'il faut une régulation. Rappelons que de vives manifestations avaient ponctuées l'inauguration le 1er Juin 2006 de Minatec à Grenoble.

Les nanotechnologies pourront en effet aussi être utilisées pour:

- suivre via des implants sous-cutanés ou miniatures les faits et gestes d'un consommateur ou citoyen
- optimiser les armes de guerre et notamment chimiques


Il semble donc important d'intégrer les nanotechnologies dans un cadre législatif et notamment dans la prochaine révision de la loi bioéthique au même titre que les limitations présentes pour les tests ADN malheureusement battues en brèche actuellement.


Mais au delà, la réflexion déjà engagé par le Parlement Européen devra être étendue aux ONG afin que l'échange avec les industriels et la puissance publique soit fait en toute transparence. Car, bien évidemment, il faut qu'un cadre plus large émerge afin que ne soit pas simplement délocalisé la recherche sur les avancées possibles.

Publié dans tribune libre

Commenter cet article