Retour sur la privatisations des autoroutes

Publié le par Fabien-Pierre NICOLAS

Rappelons nous, c'était en 2005, il y a 2 ans seulement: l'Etat géré par Dominique de Villepin choisissait de vendre les parts de l'Etat dans 3 sociétés d'autoroutes: le prix payé avoisinait les 12 milliards d'euros.

Or souvenons nous que ces autoroutes rapportaient 3.5 milliards d'euros chaque année à l'Etat: la solution évoquée hier par Christophe,
candidat à l'investiture PS à Toulouse et fin connaisseur en matière de droit des affaires, m'a semblé intéressante: l'Etat aurait pu percevoir les 12 milliards d'euros tout en conservant la propriété de ces autoroutes en titrisant ces revenus.

En bref, il est parfois possible de renflouer les caisses à un instant précis sans vendre à vil prix l'acquis d'années d'investissements publics et ce d'autant plus que les 3.5 milliards d'euros étaient attribués au développement d'infrastructures de transport public. Cela représente environ 200 km. de TGV par an ou encore 10 lignes de tramway par an.

Nous avons donc non seulement perdu une source de revenus mais, plus grave, une source de financement pour des projets de transports non-polluants: merci donc à Dominique, Jacques et Nicolas pour ce beau cadeau aux générations futures...

Publié dans tribune libre

Commenter cet article

Koukol 14/10/2007 18:47

En effet...et en plus, 12 milliards d'euros pour ça, c'est un PRIX CADEAU !!! Je ne vous parle pas du prix qui, pendant quelques années suivant la cession, restera plutôt stable, avant de s'envoler...c'est du tout vu !Pour une fois que l'Etat avait un outil efficace, utile, qui rapporte régulièrement, amorti plusieurs fois...on le brade ! En effet, merci les gars !

Thierry Maillet 12/10/2007 13:12

Bonjour Fabien-Pierre,1. Tout à fait d'accord avec vous : la privatisation des autoroutes était une mauvaise décision prise à un mauvais moment. Et François Bayrou était bien trop isolé dans sa critique.2. Les sociétés privées ne font toujours pas bien leur travail qui plus est puisque les étrangers ne peuvent pas souscrire au service T-Liberté. Un conservatisme de mauvais aloi.3. Dans le même esprit je n'ai pas pu souscrire un abonnement Vélib pour ma petite société. http://mailletonmarketing.typepad.com/mailletonmarketing/2007/10/la-mairie-de-pa.htmlSi jamais vous avez une relation à la Mairie de Paris (!), faites leur passer mon post et qu'ils corrigent leur incompréhension du monde des entreprises. Votre travail est juste et valeureux mais il reste encore beaucoup de monde à convaincre. Bien à vous.