Alimentation: les Français se mettent au hard discount

Publié le par Fabien-Pierre NICOLAS

L'INSEE publie aujourd'hui une étude sur les habitudes de consommation des ménages qui mets en évidence l'essor du hard discount en France et en particulier pour les plus démunis. Les 20% les plus démunis font ainsi 20% de leurs achats dans ces magasins contre 5% pour les 20% les plus aisés.

Or, comme nous le rappelions, ce type de magasins ne sera quasiment concerné par les baisses de marges arrières qui ne concerneront que les marques nationales très peu distribuées dans le hard discount.

On voit donc que la solution peut pas être uniquement dans la concurrence et une très hypothétique baisse de prix, peu probable en période de flambée des matières premières, mais bien dans une relance salariale comme l'a compris ce patron italien. Il faut bien sûr combiner cela à un effort de formation et un investissement dans l'évolution de nos organisations, privées comme publiques.

Pour finir, nous sommes encore loin derrière les Allemands (35% de hard discount) mais faut-il souhaiter que le hard-discount, moins intense en emploi et avec des rémunérations encore plus basses, prennent encore plus d'envergure ?

Commenter cet article