La non-concertation comme logique de gouvernement: réaction de la Fevad à la loi Chatel

Publié le par Fabien-Pierre NICOLAS

Visiblement, ce gouvernement a des soucis quand il s'agit de pratiquer la concertation réelle, pas celle  qui laisse 8 jours maximum pour discuter d'un projet qui engagera la France pour 5 ans.

Après la grogne sur la carte judiciaire, la loi Chatel qui vient d'être adoptée suscite l'ire de la Fevad, organisme qui regroupe les entreprises de vente à distance. Le délégué général se dit "scandalisé par la méthode" puisque Luc Chatel n'a pas pris le temps d'auditionner cet organe représentatif des sociétés du secteur de la VPC qui pèse plus de 100.000 emplois. Il va même plus loin en parlant "d'activisme réglementaire visant Internet qui aboutit à une réglementation incohérente".

On voit donc le fossé qui existe entre une gauche qui prône, autour de la présidente de Poitou Charentes, une vraie concertation avec les partenaires sociaux et une droite qui se contente de déclarations de principe pour agir dans la précipitation.

Pourtant, apprendre à écouter les salariés et les entrepreneurs est une étape essentielle pour redynamiser la croissance française comme l'a pour sa part compris Hervé Novelli lequel a esquissé une piste participative pour trouver de nouvelles solutions.

Commenter cet article