"Gandrange vivra", une nouvelle promesse en l'air du président ?

Publié le par Fabien et Razak

Mittal.jpg
Nicolas Sarkozy vient une nouvelle fois d'illustrer ses paradoxes en matière économique: après avoir seriné que le gouvernement ne "peut rien en matière de pouvoir d'achat", le voilà volontariste puisqu'il a affirmé que le gouvernement aiderait au maintien de l'usine mosellane.

Le souci, c'est que toute aide directe est à priori prohibée par nos propres engagements européens sauf à justifier du fait que l'acier fasse partie d'un des secteurs protégés de la concurrence ce qui n'est bien sûr pas le cas. Ceci dit, il faut saluer la reprise, dans les mots, du projet de Ségolène Royal par Sarkozy quand il prône l'investissement dans la formation.

Malheureusement, quelle crédibilité apporter à un président qui a promis en dépit du bon sens le relèvement des quotas de pêche aux pécheurs, de l'aide de la PAC aux agriculteurs et enfin du pouvoir d'achat aux Français ? Et quelle crédibilité accorder à un Président qui justement n'a rien fait ni rien proposé aux syndicats comme aux entreprises pour réformer les mécanismes de la formation professionnelle ce dont la France a cruellement besoin ?

Commenter cet article