Le CNE, mort et enterré ou comment la droite s'est trompé de combat

Publié le par Alain

 

undefinedL’article 9 du projet de loi sur « la modernisation du travail » entérine enfin la fin du CNE et son remplacement immédiat par des CDI pour l'ensemble des salariés ayant dépassé la durée de période d'essai normale. Les autres articles sont la reprise des accords intervenus entre les acteurs sociaux sur la "flexsécurité" (allongement des périodes d’essai, rupture à  « l’amiable », nouveau contrat « de projet »).

 

Les Echos ont interrogés des patrons de PME qui ont utilisé le CNE: si la plupart d’entre eux déclarent qu’ils auraient au final transformés ces contrats en CDI, l’ensemble proteste sur des « méthodes de gouvernement » qui ne leur laissent aucune alternative. Rappelons que c'est l'UMP qui avait souhaité mettre en oeuvre ce contrat de manière idéologique alors même que les acteurs sociaux ne le souhaitaient pas de prime abord à l'exception de quelques idéologues du Medef.

 

Certains font remarquer qu’il sera délicat de faire comprendre aux salariés qui verront leur contrat requalifié qu’ils le sont en CDI d'abord parce qu’ils ont donnés satisfaction alors qu’ils pourraient penser que c’est par contrainte légale uniquement. Sans compter le risque évoqué par la CGPME de "licenciements préventifs" pour les salariés encore en période d'essai.

 

Pour finir, il est utile de se souvenir que, dès l'entrée en vigueur de ce contrat, Ségolène Royal l'avait vivement combattu en refusant d'accorder des subventions régionales aux entreprises utilisatrices ce qui avait été validé par 2 fois par la justice. Nous avions d'ailleurs titré "Royal 1 - CNE 0" lorsqu'était tombé la bonne nouvelle il y a 1 mois et demi de la suppression de ce contrat contraire aux normes du BIT.

Commenter cet article

Danielle 03/03/2008 20:33

Bonjour ! un ptit coucou du lundi ! bonne soirée ! bisous !