Proposition N°1 "La ville contre la vie chère": évaluer tout les 9 ans le bien fondé des baux HLM

Publié le par Collectif

Voici la première idée issue des réunions des comités Désirs d'Avenir ainsi que de l'assemblée participative du 26 Janvier dernier afin que les maires de gauche nouvellement élus puissent s'en emparer.

Idée N°1: Evaluer tout les 9 ans le bien fondé des baux HLM de la commune

Public visé : L'ensemble des familles et travailleurs modestes qui ne voient pas leur demande de logement HLM satisfaite vu la faible rotation du parc HLM alors que des locataires bien plus aisés les occupent (cf. exemple des rares HLM de Neuilly récemment – Libération du 25/01/2008)

« Bonnes pratiques » de Désirs d’Avenir :
Réexaminer devant des commissions paritaires, sur le modèle de celles mises en place par la gauche à Paris, la situation des occupants de logements HLM tous les 9 ans pour constater si leur situation en termes de revenus leur permet toujours d’être bénéficiaires d’un logement HLM
Les cas réexaminés pourront bénéficier des mesures d’accession à la propriété ou d’une aide à la recherche d’un logement privé
Impact :
1) Contre la vie chère : Les familles modestes mal logées accéderont à un logement décent qu’elles ne peuvent pas financer sinon
2) Préserver une diversité culturelle et sociale du territoire : Beaucoup de familles « chassées » des villes par le prix du parc privé et l’absence d’HLM resteraient ainsi sur le territoire de la commune
3) Pour des communes de gauche exemplaires : Les communes de gauche montreraient ainsi l’exemple non seulement en termes de quantité de logements sociaux mais aussi en termes d’utilisation pour ceux à qui ces logements sont destinés
g_fck

Publié dans réflexion groupe

Commenter cet article

gaebus 24/03/2008 09:37

Suggestions pour une DEMOCRATIE PARTICIPATIVE mais DYNAMIQUE DEMOCRATIE PARTICIPATIVE DYNAMIQUE ? La Politique qui devrait être le milieu où la confiance devrait y être la Règle, puisque elle ne se base que sur des relations d'intérêts communs : la gestion du commun en bonne (- ne) mère (père) de famille est un milieu où on y fait tout le contraire. C'est le cas dans un même camp, alors avec les camps différents ... Changeons cela (il faut des jurys citoyens, il faut le non cumul des mandats, il faut pouvoir destituer des élus (quitte à les renvoyer aux électeurs avant la fin du mandat prévu) etc..., etc.... Il faut donner les moyens légaux (financiers) pour d'autres pratiques que celles qui se font aujourd'hui à d'autres personnes que celles qui sont en place actuellement, surtout lorsqu'elles ne s'occupent que de leur place. Pour une démocratie participative dynamique en temps réel: où chaque citoyen aurait droit à une action (vote permanent) de la même valeur. Même à envisager une part moindre par enfant et administrée par les parents. Envisager une formation minimum pour l'obtention de cette action (anonyme ou pas...). Une action (vote) qui pourrait se déplacer et permettrait ainsi d'établir les tendances et orientation d'une population maître de son destin. Il n'y a plus qu'à ........ (il y a du boulot). Des personnes qui pourront ainsi à tout instant témoigner de leurs préoccupations quotidiennes de la vie en commun à tous les échelons de la nation. Des élus qui devront en tenir compte à tout instant ou laisser la place à d’autres qui prendront en considération les vrais problèmes des citoyens. Le progrès, c'est parfois une utopie qui devient une réalité. Voler (avion) en était une … Le fait que « l’élection serait permanente » obligerait les élus à décrocher des mandats non pas pour la place elle-même en tant que but à atteindre, mais comme moyen pour aboutir à la politique qu’il a promis et dont il est redevable à tout instant. Sans quoi, son capital confiance du peuple diminuerait tellement que …. (il y a du boulot). Dans un premier temps cela pourrait servir de baromètre (régulateur) et aurait qui aurait l’avantage d’intéresser les administrés à la chose publique puisque ils influeraient de manière permanente ou périodique à ce baromètre. Il n’est pas normal qu'un élu qui traînerait quelques mois après son élection avec moins de 50%, disons même à définir 30%, d'opinion favorables des électeurs qui l'avait auparavant choisi à plus de 50% et qui ne réussirait pas à redresser une barre minimum soit encore représentatif pendant plus de 5 ans. Il y aurait alors tromperie sur la marchandise. Il faut quand même un minimum de respect des électeurs et du mandat reçu, NON, sans compter la dynamique temporelle.De par nature et par faiblesse, l’humain a besoin de ses semblables, mais un tout incohérent et sans intelligence le réduirait à la vie de la jungle. Mieux les humains pourront s’organiser intelligemment, mieux ils vivront tous ensemble. Et la vérité et la sincérité et la fidélité … sont des marques qui font d’une personne un être de confiance. Lorsque je regarde autour de moi, je perçois que les gens de confiance sont des gens intelligents (ne pas confondre intelligence avec malignité, culture et autres superficialités telle que richesse financière ; l’intelligence dont je parle, c’est la capacité autonome du bon jugement que la naissance nous donne à tous). La dynamique c’est le mouvement ; le mouvement c’est la vie. Le mouvement qui élève la femme ou l’homme vers les sommets de l’épanouissement personnel au sein d’une société et non pas vers les enfers de nos bas instincts. Merci à Ségolène de m’avoir permis de découvrir un mouvement qui va dans le bon sens et en qui j’ai confiance.