Télephonie Mobile: une décision contre l'intérêt général et le pouvoir d'achat

Publié le par Razak

 En février, UFC-Choisir dénonçait une nouvelle fois un marché français de la téléphonie mobile très peu concurrentiel et réclamait :

 

·   Une baisse drastique des prix,

·   L’interdiction des contrats de 24 mois,

·  Et l'entrée d'un quatrième opérateur de réseau susceptible de restaurer la concurrence.

 


Or, nous apprenions hier par la Tribune que le gouvernement renoncerait à un 4e opérateur mobile. L'abandon de la quatrième licence de téléphonie mobile aurait été décidé la semaine dernière à l'Elysée. 
Cette décision aurait donc été prise la semaine dernière directement à l'Elysée
, selon La Tribune, qui cite une source proche du dossier selon laquelle "les derniers arbitrages ne sont pas arrêtés". Pour justifier ce virage à 180 degrés, le gouvernement travaillerait à une solution alternative qui pourrait être annoncée dès cette semaine à l'issue d'une réunion interministérielle.

 

Pourtant Free, société de télécom innovante et qui a permis que les tarifs d’accès à Internet en France soit parmi les plus bas au monde, est "plus que jamais candidat" à être quatrième opérateur de téléphonie mobile, avec un objectif affiché par la direction de cette entreprise celui de faire des offres commerciales "attractives".

 

Ces évènements confirment nos soupçons et nos préoccupations : l’objectif du gouvernement de Nicolas Sarkozy est moins d’améliorer le pouvoir d’achat des Français que de défendre les positions acquises et la valeur en bourse des grands groupes « amis » au premier rang duquel vient Bouygues.


Ségolène Royal avait donc raison de dénoncer ces amitiés qui viennent faire obstacle à l’intérêt général pour favoriser l’intérêt particulier des amis du pouvoir.

 

Il est aussi significatif qu’une fois encore c’est le pouvoir personnel d’un Nicolas Sarkozy qui prédomine au détriment de décisions qui normalement sont du ressort d’une autorité de régulation indépendante, l’ARCEP et devrait être débattues et portées à la connaissance des représentants de la Nation comme des citoyens.

Cette décision qui devrait être confirmée dans les jours qui viennent montre que la régulation de la concurrence et l’établissement des règles du jeu du capitalisme serait faite de manière très différente par une Gauche indépendante des pouvoirs économiques et ayant à cœur de:

·    Défendre l’intérêt des consommateurs et le pouvoir d’achat,

 

·    Tout en favorisant l’innovation et la création nécessaire au développement économique du pays 

Publié dans tribune libre

Commenter cet article