Velib, la face cachée

Publié le par FP NICOLAS

Il y a quelques mois, le Velib parisien, vrai progrès écologique, avait déjà défrayé la chronique quand l'entreprise productrice avait décidée de délocaliser sa production. On avait alors découvert l'absence de clause de production en France dans le contrat entre la mairie de Paris et Decaux.

Libération ouvre un autre volet social sur ce dossier: les conditions de travail des salariés qui gèrent la maintenance du système et convoie les vélos. Précarité des contrats, salaires très bas, sécurité douteuse du matériel et accidents professionnels courants, cela ressemble plus à un enfer social qu'à un vrai progrès pour tous, citoyens parisiens et salariés y compris.

Publié dans tribune libre

Commenter cet article