L'emploi des seniors

Publié le par Claude / PR12

La France est l’un des plus mauvais élèves de l’Europe en matière d’emploi des 55-64 ans avec un taux de 38.1% très éloigné de l’objectif de Lisbonne de 50% à atteindre en 2010. Aujourd’hui tout le monde est d’accord pour considérer que l’emploi des séniors est une nécessité pour la France et qu’il n’est pas un frein à l’emploi des jeunes, autre catégorie au taux de chômage très élevé.

Le dire n’est pas résoudre le problème. Pendant longtemps, le patronat, les syndicats et l’Etat ont été tacitement d’accord pour constituer un cercle vicieux, les entreprises utilisant les séniors comme variable d’ajustement de leurs effectifs, les salariés et leurs syndicats ne protestant pas car cela leur permettait de partir plus tôt via des pré- retraites et l’Etat laissant faire, heureux de cette paix sociale.

Mais voilà, les temps ont changé plus personne ne veut supporter les coûts correspondant à ces pratiques qui de toutes façons sont extrêmement pénalisantes pour notre économie entrainant une croissance plus faible et un manque à gagner pour les cotisations sociales.

Au 4éme trimestre 2006 a été lancé un plan séniors qui avait été développé par les partenaires sociaux et était soutenu par le Gouvernement. Un des points fondamentaux du plan était de faire changer les mentalités notamment via une campagne de communication. A court terme pour essayer de progresser, les partenaires sociaux avaient inventé un CDD Senior de 2 fois 18 mois permettant aux 57 ans et plus, au chômage de faire la jonction avec l’âge de la retraite, 60 ans.

En 1 an, 20 CDD Seniors ont été signés... Cela montre clairement que les adhérents du MEDEF et de la CGPME qui avaient conclu l’accord ne sont pas intéressés par les seniors !

Alors, que faire ? Le gouvernement incite les partenaires sociaux à négocier des accords dans les entreprises En l’absence d’accord, il réfléchirait à un système de bonus-malus qui pénaliserait les entreprises dont les effectifs n'atteindraient pas un seuil fixé de plus de 55 ans, à partir de 2010.

Une hausse de leurs cotisations chômage ou une pénalité financière serait envisagée. A l'inverse, les entreprises "vertueuses" pourraient voir leurs cotisations baisser. La hausse de cotisations chômage paraît appropriée puisque la conséquence du non emploi de seniors est de peser sur l’assurance chômage.

Nous vous proposons deux autres approches qui peuvent être utilisées conjointement :
1-Dans la lignée du Pacte Présidentiel de Ségolène Royal sur le soutien aux entreprises, n’accorder d’aides qu’à celles qui se montrent citoyennes vis-à-vis de l’emploi des seniors

2-Dans le cadre du capitalisme financier dans lequel nous vivons, les fonds de pension éthiques doivent prendre en compte l’emploi des seniors dans leurs critères d’évaluation des entreprises dans lesquels il faut investir

En tout cas il faut éviter de mettre en place simplement des mesures de quotas, comme c’est le cas pour les handicapés, avec des pénalités si faibles que les entreprises préfèrent payer, ce qui ne facilite pas l’insertion des handicapés dans la Société.

Publié dans réflexion groupe

Commenter cet article

ELN 20/05/2008 22:50

Pourquoi ne pas s'interroger sur les possibilités d'une réduction du temps de travail progressive pour les plus de 55 ans qui le souhaitent, comme cela se pratique en Allemagne il me semble ? La rémunération étant répartie, selon le nombre d'heures travaillées, entre l'entreprise et une allocation.Un travail à temps partiel ou des "contrats de mission" qui pourraient, par exemple, inciter les seniors à s'investir dans l'insertion des jeunes dans l'entreprise. J'explique : les filières d'apprentissage ou professionnalisantes sont trop souvent déconsidérées en France, au profit d'un enseignement général qui en décourage plus d'un. Valorisons les filières d'enseignement professionnel, intégrons les jeunes dans les entreprises et offrons la possibilité aux seniors de leur transmettre leur savoir.

Jean-pierre Morbois 17/05/2008 09:01

La vie professionnelle d'une grande majorité de salariés est marquée par l'insuffisance des revenus, la précarité, le manque de considération, voire le harcèlement moral, ou les exigences de mobilité Sans parler de la pénibilité physique. Ces conditions de vie, jointes aux problèmes de logement, sont peu propices à la natalité, et donc à l'équilibre démographique entre les générations. Elles ne favorisent pas non plus la motivation, lorsque l'activité professionnelle n'est pas, comme elle devrait l'être, un lieu de réalisation, de formation, et d'épanouissement, et que le personnel est considéré par l'entreprise comme une charge, et non comme une ressource. Comment s'étonner alors que la retraite apparaisse, de manière un peu mythique, comme la vraie vie, la terre promise, l'eldorado où l'on va enfin pouvoir vivre à sa guise, et jouir de libertéIl est pourtant vrai qu'à 60 ans, les hommes et les femmes disposent encore, le plus souvent, des capacités physiques et intellecturelles qui leur permettraient de poursuivre une activité professionnelle, à l'exception, bien sur, de ceux qui ont des problèmes de santé liés à une activité pénible. Mais aucune des parties prenantes au contrat de travail ne manifeste, aujourd'hui, en actes ce désir.L'employabilité des séniors repose à mon sens sur d'importants efforts de motivation et de reconnaissance, de formation, et d'amélioration des conditions de travail, dans lesquels les entreprises ont, au fond, beaucoup à gagner en termes de productivitéPar ailleurs, cessons d'opposer les français les uns aux autres. Les retraités ne sont pas des bouches inutiles à nourrir. Ils ont une productivité propre, un rôle social, dans la redistribution aux plus jeunes, dans l'éducation des petits enfants, dans la vie associative. Le temps de la retraite n'est pas un temps d'oisiveté. C'est aussi un temps socialement utile

COLLIN Cyrille 14/05/2008 21:38

Bonjour à vous, Je vous souhaite bonne chance et bon courage dans votre combat pour une France plus juste et plus forte avec Ségolène Royal. Mobilisons-nous tous derrière la seule personne capable de relever le Parti Socialiste et la France.Je vous invite a visiter le site de Désirs d'Avenir Haut-Rhin : http://desirsdavenir68.canalblog.com/.En attendant vos commentaires, Bonne continuation.Cyrille COLLIN