Image des syndicats: plus positive qu'avant

Publié le par FP NICOLAS

L'étude TNS - Les Echos publiée ce jour contient une nouvelle réjouissante: l'image des syndicats auprès des salariés s'améliore avec 58% des Français qui leur font tout à fait ou plutôt confiance. Mieux, 70% jugent leurs actions efficaces.

Vu la nette amélioration depuis 2000, on présume
qu'en période "d'adversité sociale" comme actuellement, les Français ont tendance à faire plus confiance dans ceux qui peuvent les aider dans leurs luttes.

Cependant, il est également intéressant pour ces acteurs d'écouter les critiques et les facteurs qui limitent le taux de syndicalisation:
1) La division syndicale est décriée par 67% des sondés qui estiment aussi à 61% que "les syndicats se ressemblent trop".

Cette division semble donc ne plus faire de sens et les salariés souhaiteraient une évolution "à l'allemande" avec 3 ou 4 grosses centrales syndicales ce qui fait sens. Cette idée recueille de fait l'assentiement de 79% des sondés.

2) Le principal facteur limitant reste cependant la peur des représailles pour les sondés (41% des sondés) plus que des doutes sur le rôle utile de ces acteurs sociaux.

La solution d'un représentant unique des salariés à partir de 20 salariés jusqu'à 300 salariés qui permettrait d'avoir un relais syndical y compris dans les PMEs serait sans doute une piste utile.

Commenter cet article

dom94 28/06/2008 13:59

petit comentaire sur le commentaire précdent : certes la négociaton est toujours préfrable à l'affrontement mais que faire quand la négo directe est ensuite détournée par un troisième larron, "tellement gentil", pouren faire une arme de guerre contre les salariés et par la loi, qui plus est?Une seule solution, la manifestation mais méfions de cette apparente apathiesur le document proprement dit, c'est vrai que 3 ou 4 c'est mieux que 10, ça fait plus crédible. Y a-t-il un spcialiste en fusion d'organisation dans la salle? C'est une spécialité française le fractionnement mais là je crois quand même que les plus gros ont compris que pour la première fois de 1945 les syndicats sont en danger mortel donc espéronsun représentant unique des salariés à partir de 20? mais c'est bien sûr!! et quid en dessous de 20? Dans ce tissu de PME que nousaimons tant? Les los Auroux prévoyaient les délégués de zone. Où sont-ils passé? Evidemment les patrons des petites botes n'en n'ont pasvoulu ("cez nous, ça se pase en famile") et ni les syndicats, ni les pouvoirs politiques successifs n'ont le courage de les imposer. Vae victis!

marc d Here 25/06/2008 15:55

Une autre réalité s'impose. Les unes derrière les autres les manifestations sont des échecs et de plus en plus cuisants. Les syndicats devraient comprendre que les salariés ne suivent plus ces protestations symboliques, archaïques et vouées à l'échec. Leur intérêt serait de comprendre, y compris F.Chérèque qui fait dériver la CFDT, que c'est par la négociation qu'ils obtiendront les meilleurs résultats. Et cela d'autant plus qu'ils ont face à eux un gouvernement  plus ouvert et  plus attentif  qu'aucun autre avant lui.