Auto-entrepreneur: un statut "tout rose"?

Publié le par Fabien-Pierre NICOLAS

Le Journal du Net du jour couvre l'adoption par le Senat du statut d'auto entrepreneur qui vise a permettre a ceux qui souhaite conserver une activité principale tout en ayant leur propre micro société de régulariser leur activité.


L'interview du DG de Price Minister est assez éclairante sur la nécessitée de contrainte qui façonne les différents acteurs du business en France: "Mais surtout, l'adoption du statut déclenchera un nouveau travail pour les acteurs de l'internet. Il est en effet de notre responsabilité d'informer clairement nos utilisateurs de leur obligation de se déclarer comme professionnel, éventuellement sous statut d'auto-entrepreneur, et donc de se soumettre aux formalités afférentes".

Il est amusant d'expliciter ainsi le fait de devoir informer sa clientèle de la loi soit perçu comme une contrainte. Un peu comme si les producteurs agro-alimentaires vivaient l affichage des qualités nutritionnelles comme une contrainte et pas comme la chance d échapper a des procès a l américaine de consommateurs se plaignant a posteriori d une mauvaise information sur les inconvénients de tel ou tel produit.

Nous espérons que la loi ne servira pas a créer des faux entrepreneurs qui seront en fait des salaries déguisés pour contourner les cotisations sociales autrement obligatoires. Pour ce faire, le gouvernement ne propose aucune solution tandis que le Parti Socialiste et Ségolène Royal évoquent le renforcement des moyens de l'Inspection du Travail laquelle doit aussi se voir mieux doter au niveau de sa branche préventive des infractions plutôt que de se limiter a un rôle de sanction.

Commenter cet article

Koukol 26/08/2008 11:05

La France est l'un des pays en Europe qui compte le moins d'inspecteurs du travail par entreprise (ils sont 430 !). Je crains qu'encore une fois, la droite nous ressort sa vieille stratégie : faire croire qu'une loi a un objectif précis alors qu'elle vise à favoriser les privilégiés. C'est comme le bouclier fiscal qui était censé protéger les petits vieux de l'île de Ré alors qu'il profite surtout à Neuilly sur Seine, Menton et Marcq en Baroeuil. Là, c'est pareil, c'est soi disant pour les petits entrepreneurs qui veulent déclarer une activité sur le web, alors que c'est surtout pour que ton patron puisse t'engager comme sous-traitant et non plus comme salarié, et donc ne plus payer de charges.Il aurait mieux fallu développer le statut de la micro-entreprise, ses exonérations, sa constitution, ses droits et devoirs, afin de permettre à chacun de créer sa petite activité même avec un petit apport, en lui laissant le temps et les moyens de se développer petit à petit. Mais bon, la droite favorise ceux qui sont déjà patrons, alors...

Véro33 04/08/2008 10:37

Pierre Fabien, merci pour ce commentaire. J'ose espérer qu'un jour le PS et SR auront la même démarche pour les pseudo associations (particulièrement dans la culture) qui sont des nids à entreprise camouflée avec un parfait mépris pour les règles sociales. Le black organisé et en prime le  le dévoyement complet de l'honorable système associatif.