Les PME, notre avenir dans la tourmente

Publié le par Rachel

«Des banques ne répondent pas aux demandes de crédits. Pas de retour, ni téléphonique, ni par mail», constate Emmanuel Leprince, délégué général du Comité Richelieu, composé de plus de 250 PME innovantes.

Les PME sont les premières à être prises dans la tourmente avec une intensité rare. Déjà fragilisées par un système de financement inadapté, voire souvent inexistant, beaucoup d'entre elles sont ou se sentent irrémédiablement condamnées. Pourtant elles sont quasiment seules à être créatrices de richesse au sens de l'économie réelle, elles recèlent le potentiel de la nouvelle configuration économique : notre production, notre compétitivité, nos emplois… Alors le financement des PME devrait être la priorité européenne, déjà entreprise depuis un certain temps par des régions faisant preuve d'une lucidité extrême, elle doit être reprise à grande échelle avec des moyens véritables résultant de l'implication de tous les acteurs, afin d'aller vers une véritable création de valeur  qui mettra en place l'économie tournée vers l'humain.

Pour télécharger la note complète, clicker sur ce lien.


Publié dans tribune libre

Commenter cet article

Elise 25/11/2008 15:31

Non Mistral, les patrons (nes) ne sont pas anti socialistes, ils sont libéraux, ce qui 'est différent. En revanche, les patrons sont contre ce qui met des freins au but de leur entreprise, qui est somme toute de gagner de l'argent, tout comme tout salarié....

Mistral 28/10/2008 15:03

Juste une question, simple ...Comment se fait il que les patrons (nes) de PME sont très majoritairement anti socialistes ???