La crise impose une nouvelle carte géopolitique

Publié le par Rachel

La crise financière est train d'imposer une redistribution géante des cartes dans le monde qui ne sera pas sans conséquence pour nos entreprises.

Télécharger la note :
La nouvelle carte géopolitique

Publié dans tribune libre

Commenter cet article

bisounours 18/11/2008 13:45

Forum global: inculturation et économie sociale, écologique de marché

Heraly 17/11/2008 18:00

Bonjour Madame,Belge d'origine je ne peux malheuresement pas faire un vote en votre faveur.Je me démarque des idées dépassées du socialisme d'antan.et vous soutient de mon pays. J'espère de tout coeur que les militants du Ps seront prêt à vous donner cette légitimité qui permettra enfin d'aller de l'avant avec des idées d'aujourd'hui.Yves militant socialiste en mon pays 

Pauline 11/11/2008 16:35

Bonjour,J'ai essayé de rassembler les grandes idées de la motion E sur mon blog : xx-sego-et-moi-xx.skyblog.com !! Pouvez-vous me dire ce que vous-en pensez ? Et surtout, si je peux faire quelque chose pour vous aider n'hésitez pas à me le dire par com ou je vous passerai mon portable ou mon adresse email =D Cordialement,Pauline

Martin P. 10/11/2008 17:14

tiens je vous ai "tagué"
Quelle Europe pour 2020?

chris 09/11/2008 12:21

François, Ségolène, Vincent, Bertrand, Martine, Benoit, ne vous trompez pas!
Une fois de plus, le PS et particulièrement l'équipe sortante, se trompe d'enjeu. Bien entendu, il n'est pas question de contester l'importance de la désignation du futur 1er secrétaire (ou de "la"). Mais les militants, et notamment les 45% qui ne sont pas venus voter, souhaitent qu'on ne se trompe pas dans l'ordre des importances.
François Hollande, dans un baroud qu'en d'autres temps j'aurais qualifié d' "honneur", déclare que c'est à l'équipe de la motion E de proposer un nom pour le poste. Il ne dit pas qui dispose... Mais le sous-entendu est assourdissant. En revanche, que de temps perdu pour un parti socialiste dont il convient de dresser le rapide portrait socio-professionnel:
- Les militants:
5% d'ouvriers (22,8% dans la population française)59% travaillent dans le secteur public (30% dans le pays)
- L'âge:
la moyenne est de 55 ans avec 40% de retraités
- Les diplômes:
66% des militants PS détiennent un BAC (contre 29% des français /Et oui... Contrairement aux idées reçues, tout le monde n'a pas la BAC en France, mais c'est un autre débat)
les nouveaux entrants sont même de plus en plus surdiplômés: 54% disposent d'un BAC + 3
(chiffres cités dans: La société des socialistes.  Le PS aujourd'hui, Rémi Lefebvre et Frédéric Sawicki, Editions du Croquant 2006)
Oui mes chers camarades, que de temps perdu qui nous a éloignés peu à peu du pays réel que nous ne représentons plus. Les chiffres ci-dessus sont là pour le montrer. Aujourd'hui, parlez à un socialiste (j'en suis) de la crise des subprimes ou du Plan Banlieue, il vous répondra Motion A ou D ou E... Bref il participera au grand cirque habituel qui, si l'on avait écouté Ségolène Royal, serait terminé depuis des mois. Mais voila, le PS de 2008 s'intéresse d'abord à lui PUIS aux français. Sévère? Peut-être... Mais réaliste!
On voudrait donc nous imposer, et c'est ce qui va arriver en souhaitant me tromper, un candidat consensuel, rond et lisse, un rassembleur. Quelqu'un qui ne fâche personne, qui ne fasse d'ombre à aucun, qui ne froisse aucun égo. En clair quelqu'un qui poursuive la mise-à-nu du Parti Socialiste, car le PS est nu! Et depuis longtemps. Il s'est dépouillé des "nationalisations", du "front de classes", de l' "autogestion", de la "rupture avec le capitalisme" et n'a pas, toutes personnalités confondues, su anticiper la crise financière. En 72 discours de campagne 2007, ce n'est lui faire ni injure ni reproche que de le rappeler, Ségolène n'a prononcé le mot "finance" que... deux fois! C'eût été exactement la même chose avec n'importe quel autre candidat d'ailleurs...
Voila pourquoi j'appelle nos dirigeants à proposer un(e) candidat(e) fort, capable non seulement de rassembler en interne, mais de faire grossir nos rangs, de renouveler les catégories sociales qui le composent afin qu'il recommence à ressembler au "pays réel". Attention camarades! La candidate socialiste a recueilli 54% des voix chez les français "aisés" ou qui s'en sortent bien contre 49% seulement chez les ouvriers et employés... Et là aussi, n'importe quel autre candidat eût fait le même résultat.
Pourtant, qui est capable aujourd'hui de parler en même temps aux ouvriers, aux jeunes, aux banlieues, aux patrons du CAC 40 et aux cadres, aux patrons des PME? Qui au PS est capable de faire entendre sa voix, de provoquer des commentaires, des anlyses, des réflexions (favorables ou pas, peu importe, mais un vrai débat)? Qui est capable aujourd'hui au PS d'électriser des salles, des foules, de passionner dans ce siècle de la communication par l'image et le verbe? Qui sera capable demain de faire affluer des signatures d'adhérents jeunes, ouvriers, chômeurs? Qui mes chers camarades sera capable demain de faire en sorte que le Parti Socialiste redevienne le Parti Socialiste?
Repartir au combat nécessaire contre les dégradations qui frappent les plus faibles, ces plus faibles auxquels on ne parle plus, et qui bien entendu ne nous regardent plus, passe par la nomination d'un(e) 1er(e) secrétaire fort. Nommer un secrétaire de "transition" sera un aveu d'échec des tentatives de rassemblemnt qui ont lieu en ce moment. Quel plus beau symbole de réconciliation entre nous que le nomination d'un(e) candidat(e) qui réponde aux questions posées plus haut et dont je vous laisse trouver la réponse...
Le choix du candidat, c'est DEJA un signal envoyé aux français.
François, Ségolène, Vincent, Bertrand, Martine, Benoit, ne vous trompez pas! Ni de candidat, ni de message, ni de projet, ni d'enjeu... Vous rateriez tous la cible!
Amitiés
Chris