La pertinence économique et financière des plans de relance

Publié le par Rachel

Actuellement les différents acteurs débattent sur les plans de relance successifs entérinés (France), annoncés (Allemagne), attendus (Etats-Unis).

Ils sont évalués en fonction de leur ampleur et du catalogue de mesures annoncées. Néanmoins comme le soulignait cette semaine Edith Cresson, c'est plus l'esprit de la mesure prise et son impact qui importent que le volume en euros ou dollars annoncé.

Effectivement les véritables questions à se poser sont :
- Est-ce que la situation financière et économique a été pertinemment appréhendée ?
- Est ce que le mode opératoire y répond de manière globale sans entraîner d'effets pervers? 
-  Est-ce que les mesures sont susceptibles être efficaces de manière qualitative et quantitative.

Pour cela il faut définir en premier lieu les paramètres économiques sur lesquels agir et de quelle façon.
Pour télécharger la note Desir d Entreprendre au format pdf :
La pertinence économique et financière des plans de relance


Commenter cet article

aviso 19/02/2009 14:13



LE PS ET LA CRISE


Nous avons eu un débat tronqué sur comment faire une relance par la consommation:

j'ai soulevé que l'augmentation du Smic n'était pas une bonne solution en cette période de récession, surtout que l'on constatait une baisse générale des matières premières et que l'inflation qui avait fait souffrir les français les moins bien payés, était derrière nous.

Nous sommes tous obnubilés par les bénéfices collosaux des entreprises du CAC 40 (54 Mds€).

Il faut savoir que c'est le solde de 4 trimestres dont les deux derniers ont étés négatifs, ce sont donc des résultats d'HIER, la prudence pour demain serait de garder au chaud cette manne pour assumer le gros temps qui arrive ( pas de distribution de dividendes et de bonus).

Mes chers camarades, je voudrais que vous preniez conscience de la richesse collective que nous recevons tous les mois.

La distribution de salaires TTC mensuels pour l'ensemble des salariés de notre pays se monte à la somme stratophérique de :

76 758 Milliards d'€UROS
pour 23,7 millions de salariés

Dans un contexte ou nous constatons une perte d'attractivité des productions françaises, nous serions maladroits d'augmenter de 3 % le SMIC.

Nous achetons 50 petits milliards d'€uros de trop par rapport à ce que nous vendons à l'etranger.

Celui-ci a un effet pervers sur les rémunérations légèrement supérieures, ce qui oblige à une augmentation en cascade et qui va se repercuter sur les prix de vente publique, qui est un coup d'épée dans l'eau.

D'autre solutions sont possibles, elles sont mieux ciblées , mais nous n'éviterons jamais complètement les effets de seuil:

APL
RMA
Prime pour l'emploi
Prime de rentrée scolaire
minimum vieillesse
AH
maternité
Congé Parental
Chômage montant et durée
Chômage partiel

Il faut bien se dire que la planète va devenir trop petite si nous voulons que tous les peuples puissent avoir notre niveau de vie.
Inéluctablement nous allons devoir réduire notre propre consommation d'un certain nombre de produits et de denrées inutiles qui sont bien souvent néfastes à notre santé.

Je vois des prix dans les boutiques de mon village qui me laissent pentois, qui peut s'acheter des chaussures à plus de 100€ la paire et de la viande à 46€ le kilo.

Et dire que quelques uns de nos lidears socialistes qui écrivent nos programmes et notre plan de relance, sont ceux qui font marcher cette industrie du luxe qui salarie plus de 250 000 personnes sur notre territoire et qui fait le rayonnement de la France à l'extérieur.

Notre pays a du fortement s'endetter durant les trois dernières années, c'est inquietant! mais notre taux d'épargne ( le second du G7 derrière le japon) nous protège et est une des meilleures garanties.

Cet endettement devient quasiment mondial, vu l'ampleur de la crise, je pense qu'avant la fin de l'année son volume sera tel, qu'une solution drastique devra être prise au niveau mondial pour l'EFFACER.

Certains, vu notre histoire, craignent l'emmergence d'un conflit, mais avec des caisses vides et des stocks stratégiques au plus bas, c'est peu probable!.

Aviso . Février 2009

danielle kertesz 15/02/2009 19:33

on parle beaucoup de vie chère - pourquoi ne boycotte-t-on pas les produits  qui dépassent les bornes - ou les boites qui délocalisent - par exemple - je n'achète plus de riz Lustucru ou DIM - en Allemagne ils ont boycotté Nokia (même Angela) mais je ne sais l'impact que cela a eu - si j'étais un industriel et que 50% des français boycottent mes produits - je réfléchirais à deux fois -  comment se défendre autrement - la concurrence : idiot, je vais faire mes courses dans deux magasins - U et Lidl - distants de plusieurs KM - vous me voyez faire plusieurs allers et retours pour acheter un produit moins cher - et l'essence et mon temps.. on fait ce qu'on peut et on se fait toujours avoir !!!

Veronique 13/02/2009 17:30

Bon commentaire sauf que la page 3,pour le profane, il faut le décodeur.Cordialement.