Vu des USA N°3: Plan de relance, is bigger is better ?

Publié le par FP NICOLAS

Récemment, Marc Vasseur reprenait dans un article  le tableau fourni par le Courrier International qui mettait en perspective la faible ampleur du plan de relance français comparé à ceux des autres pays pour critiquer le plan Sarkozy.

Nombre de responsables socialistes ont, eux aussi, embrayés sur le thême du plan insuffisant qui n'était rien par rapport à celui de Barack Obama.

Le plan Obama représente en effet 2.5% du PIB annuel des USA pendant 2 ans. Ceci dit, comme le rappelle le
Wall Street Journal dans son édition de samedi, le New Deal de Roosevelt ne représentait à son apogée que 1.5% du PIB américain de l'époque. Pour autant, personne ne conteste la réussite de ce plan pour sauver l'Amérique engluée dans la crise de 1929.

Plusieurs politiques socialistes appellent de leurs voeux un Etat utile et stratège qui dépense chaque euro comme un euro utile. Méfions nous donc des appels au toujours plus qui se paieront un jour pour les générations futures. Obama a ainsi inclus dans son plan
plus de 3 milliards de dollars pour rénover les locaux de l'Armée sur le sol américain et 5.5 milliards pour les batiments fédéraux.

Dernier point à intégrer: les pays qui dépensent le plus proportionellement à leur PIB sont aussi ceux qui ne sont pas européen (Chine, USA, Russie, Canada) dans la mesure où les pays européens ont acceptés une règle qui limite leur déficit à 3% du PIB. Déjà structurellement déficitaire, ils sont donc nécessairement limités dans leurs efforts à la différence entre leur déficit structurel. Ce seuil de déficit lequel permis de garantir la stabilité d'une monnaie commune et donc un des paramètres du pouvoir d'achat des ménages européens.

Commenter cet article