La stratégie gagnant/gagnant de Ségolène Royal

Publié le par marc

Tous ceux qui vivent au quotidien le monde de l’entreprise connaissent l’expression « gagnant –gagnant « souvent appliquée aux stratégies de négociation entre fournisseurs et clients à tous les niveaux. Et plus largement à la relation entre grands acteurs de la firme et de son environnement

La transposition de ce type d’expression chez une candidate de gauche  à la Présidence  de la République est nouvelle et peut surprendre, s’agit-il d’un simple effet de manche ou d’un élément d’une nouvelle vision des relations dans notre société ? S’agit-il d’une  nouvelle approche de gauche des rapports entre le collectif et l’individuel, entre  l’Etat, les entrepreneurs et les salariés, bref une pièce du grand puzzle refondateur de la vision économique et sociale de la gauche en France ? (voir contribution de Régis)

L’expression « gagnant /gagnant beaucoup utilisée dans la stratégie d’entreprises à pour origine la théorie des jeux. A l’issue de toute action entre des parties prenantes un contrat, un conflit social, une relation employeur salarié il y aurait  nécessairement un gagnant et un perdant dans le meilleur des cas, et deux perdants au pire des cas. 

Cette vision dichotomique correspond de moins en moins aux caractéristiques  des sociétés complexes comme la nôtre qui rendent possible de nouvelles règles du jeu qu’on peu résumer de la manière suivante   

 

Approche traditionnelle

Nouvelle approche

Une partie = un gagnant

Une partie = plusieurs gagnants

Une solution optimale

Plusieurs solutions

Les règles du jeu sont connues

On crée de nouvelles règles du jeu

Solution: 1 gagnant, 1 perdant

Solution possible : gagnant /gagnant

Compétition /rivalité

Coopération /complémentarité

Ce détour par les origines de l’expression « gagnant/gagnant » nous permet de revenir à la vision de Ségolène Royal. Les partenaires du jeu à l’échelle de notre société sont principalement les entreprises, les salariés, l’Etat (décentralisé au niveau des régions).

La stratégie « Gagnant/Gagnant  s’oppose à la vision sarkozienne basée sur la compétition et la rivalité entre les individus, les couches  sociales, le privé et le public, l’intérêt général à l’intérêt particulier et conduit à la règle du « chacun pour « soi et au retour à  « l’enrichissez vous » de Guizot. 

La stratégie « Gagnant/Gagnant  «  vise, au contraire, à créer de nouvelles règles du jeu entre l’individu, l’entrepreneur et la collectivité entre employeurs et salariés, à remplacer la rivalité par la coopération et la complémentarité à créer un nouveau pacte social indispensable à la cohésion de notre société, adaptée à son histoire et à ses traditions.

La stratégie « Gagnant/Gagnant :est exigeante, toute dépense de la collectivité doit trouver une contre partie la rendant efficace, ce qui est à l’opposé de la démarche d’assistanat , qu’il s’agisse de l’aide aux jeunes en cours de formation, de demandeurs d’emploi ,ou encore de l’aide à la création ou au développement des entreprises qui doit être déterminée sur des critères nouveaux prenant compte la valeur ajouté sociale, la création d’emploi, le respect de l’environnement , la lutte contre la précarité.

Un sondage publié le 22 février (voir plus bas ) plébiscite la stratégie « gagnant –gagnant de Ségolène au regard de patrons de TPE, interrogés sur plusieurs propositions de la candidate socialiste, les patrons de TPE se disent en effet favorables à plusieurs d'entre elles.

Celle consistant à conditionner l'octroi d'aides publiques aux entreprises qui s'engagent à ne pas licencier en cas de profits ou à les rembourser en cas de délocalisation obtient l'assentiment de 60% d'entre eux.  

De même la  proposition de Ségolène Royal visant à favoriser l'investissement des entreprises via un impôt réduit plutôt qu'une distribution aux actionnaires est jugée positive par 65% des patrons de TPE.

Preuve que dores et déjà le gagnant /gagnant trouve un écho dans des milieux pourtant réputés comme peu favorables aux idées de gauche.

Commenter cet article

marc 09/03/2007 12:00

Bonjour Blac
Non ce n'est pas des phrases: en l'occurence une stratégie G/G consiste à aider en échange d'actes concrets profitables à la collectivité , création d'emploi, innovation, environnement . Aider un jeune qui lance une innovation,embauche des chercheurs, et des collaborateurs, développe la place de la France sur un créneau de pointe , voila qui est G/G
 

Fabien-Pierre NICOLAS 01/03/2007 15:55

Je laisserais Marc développer mais la stratégie gagnant-gagnant est pour moi, entre autre, d'arrêter de croire à des intérêts antagonistes entre salariés & entrepreneurs & syndicats.
Il y a des entrepreneurs citoyens et responsables, des salariés dynamiques et créatifs & des syndicats progressistes qui jouent leur rôle positif. Or la droite nous vend perpétuellement un entrepreneur fantasmé.

Blach 28/02/2007 14:00

Je ne comprend pas très bien la stratégie gagnant/gagnant.
Est-ce qu'on peut avoir un exemple concret? Là, je vois surtout une succession de phrases qui veulent dire pas grand chose concrètement.
Quelles seraient les nouvelles règles exactement? Parce que si j'ai bien saisi le procesus, c'est de ces nouvelles règles que découle la réussite du gagnant/gagnant.