Temps de travail des cadres, le grand retour en arriere

Publié le par FP NICOLAS

Petite Mule nous propose un excellent reportage de France 2 pour rappeler la régression que marque la loi qui a mystérieusement été mise au vote mi juillet.

Le plafond de 235 jours qui remplace celui de 218 jours supprime de fait non seulement les 35H annualisées mais également les jours fériés. Tout cela pour une majoration de 10% seulement sur les 17 jours potentiellement ajoutables par les employeurs...

Commenter cet article

Fernandez-Ocampo Roberto 12/10/2008 13:26






                                    SUR LA MOTION
                                                       Colomb - Ségolène RoyalACTUALISATION ET COMPLEMENTS A PARTIR DE LA CRISE                            EXHORTE POUR L’EGALITE ECONOMIQUE ET                                                                 SOCIALE                                                                                                   LA VALEUR TRAVAIL CAUSE CENTRALE Ro. Fdez-Ocampo économistepour le Monde diplomatiquePoints sur l'économie de base           La motion signalée  commence   à  signaler:1- Inventer un monde nouveau : combattre et proposer 1.1. La mondialisation est là, nous devons l'affronter         1.2. Mettons fin à la dérive spéculative      1.3. Aller vers une économie de pointe : oui à l'innovation des PME, non à l'économie de rente1.4. Faire le pari de l'enseignement supérieur et de la recherche    2. Réconcilier dynamisme économique et progrès social : un Etat préventif, un Etat innovateur2.1. Agir vraiment contre la vie chère2.2. Rééquilibrer le rapport capital/travail : mettre l'économie au service de l'humain ...                                                          ------------Un complément pour une nouvelle ère économique,La fixation de la valeur travail pour la U E. L’économie actuelle sera sous une autre type dans la pensé de doctrines; le neo libéralisme tel que nous l’avons connu  est condamné dans une façon déterminante ,la seule possible . L’économie réelle . La quantité des valeurs dans l monde , à partir de la mondialisation est environ 6 fois supérieur à la économie réelle , selon les études de notre ancien professeur Paul Samuelsson .Qui notre professeur avec qui nous avons étudié la réalité économique il y a 50 ans. Heureusement lui est vivant , encore , pour nous transmette la synthèse de la vérité actuelle . L’économie neo libérale est développé avec une situation virtuelle , seulement dans les ordinateurs. La souffrance de la inégalité des classes sociales non aisés a été le  grande holocauste de cette type de domination des multinationales financières . La source principal de pouvoir principal dans tous les pays développés . Notre réponse comme socialiste est la substitution de l’organisation telle qu’elle est au moment , par une organisation sociale de la production , avec une distribution équilibré de leurs ressources.  L’égalité doit être le résultat de cette nouvelle économie , égalité posterguédepuis de plus 200 ans , pour permettre le confort des puissants du moments , avec le sacrifice injuste de la majorité de la population . Où son travail a été approprié pour quelqu’un  d’autre sauf que pour celui qui a travaillé. Sous cette axiome nous avons vécu . Nous pourront dire comme les pensées dans l’Amérique latine .     Maintenant le “ riche ne vas pas à manger de ta pauvrette “.Nous , ceux que vivons actuellement , seront qui au moment de la fin de nos jours  pourrons dire : je laisse un transformation de l’organisation de l’économie national et mondial valable et accomplie, que pour un  “désir d’avenir” de justice sociale.Récent avec cette compréhension le grand pays comme la France pourra savoir la fidélité que leurs habitants ont eu à la République née en 1789 , l’égalité. Egalité étouffé par la convenance de chaque pouvoir de moment . Inventer un monde nouveau : combattre et proposerSoit , ces points ont été développés dans la motion avec un critère général .                                                    A savoir:La production interna en France représente un retard d’un 30 en relation aux EE UU . S’explique que nous avons ,encore, produits sans une technologie importante en relation aux pays centraux mais en concurrence avec les paysémergents actuels.Ainsi comme les délocalisations doivent être contrôlées.Complément pour la justice sociale.Ceci nous amène  à une nouvelle étape où les capitaux d’un pays comme le notre ,nécessairement ,  il faut soit les inverser pur sa destination soit les empêcher dans sa sortie , dans une échelle pour chaque activé et nécessité nationale.Le libéralisme auto destructif  a proposé , jusqu’au présent  , un départ sans limite  des investissements vers l’extérieur pour le capital produit dans l’intérieur . Soit pour les sommes “épargnées” pour la production en France. Soit son travail cumulé.En autre.La production de base peut  développée dans une technologie primaire , il a été provoqué  , par la droite française  ,qui a reposé leur croissance avec la dépression systématique des salaires , sans exception.Cette dépression sur la valeur travail nous a dirigée a cumuler des capitaux épargnés dans les organismes financières qui ont absorbé la manque de rentabilité du travail ; CELA aussi vers les organismes prestataires de l’argent qui ont bénéficié vraiment  d’un privilège d’exception. Cela depuis de trente ans , soit à partir des politique neo libérales mondiales installées au niveau mondial .La motion propose l’élimination des activités de spéculation , soit la production de l’argent nominal , sans avoir eu une mesure correcte en relation à la valeur travail. Par exemple la boule immobilière qui a provoque des augmentations simplement pour la possession dans périodes courtes,Bref , il s’impose une base de nouvelles régulation.L’appui pour la production en France il faut la diriger vers les PME , base de toute la production dans le pays. Soit pour les salaires , soit pour la technologie appliqué aussi à  développer . Les centres de recherche ont été déprimés pour laisser le champ livre aux capitaux privés en exclusif terme.L’unité de la valeur il doit être le temps de travail appliqué , plus le facteur de la technologie au cas , qui à son tour doit être aussi pour le temps de travail , en synthèse de sa simplification  pour l’objet de production au cas. En correspondance à cela , nous pouvons arriver à la valeur juste de production.A son tour la valeur du travail il doit être fixé à partir de la monnaie de mesure en correspondance aux nécessités de base pour vivre chaque année récent .Il sera une manière d’éloigner , en permanence , les écarts entre la technologie et la valeur du travail. Cette mesure de la valeur elle sera d’application universelle de la valeur. A la fois les prix des produits doivent sortir de cette base plus les  le composants de la commercialisation et marge mesurés aussi sur la base du temps de travail.     POUR REUSSIR ;Il est de nécessité la création des organismes  nationaux et de la U E :Une motion actualisé  nous dirigé pour et vers :- Une banque publique dominante , non subordonnés au privé . POUR LE SOUTIEN des PME , soit des politiques de production non spéculative et d’avance technologique .- Aussi. Pour la reprises des entreprises  avec capacité de renouvellement vers salaires convenables et technologie appliqué et en cours de développement ; pour une productivité majeur et durable , avec marches porteurs d’avenir. Jusqu’au présent les PME elles sont écrasée par une manque systématique d’un appui vers la direction de production de qualité technologique  avec salaires convenables  ; pour un pouvoir d’achat en relation à la productivité et amélioration de la production.Il est nécessaire signaler que la production allemande a été dirigée vers une production des PME en constante amélioration de technologique avec la réduction des prix et salaires augmentés , “mais” sans garder une relation correcte . Ceci  pour permettre l’action des capitaux  dédiée à la spéculation.Donc permettre , à travers d’un certaine faiblesse financière des PME ( aussi pour les employés et/ou particuliers ) une intervention coûteuse avec le prix de l’argent et frais gonflés de banque.   Du même pour la France dans les PME d’application de technologies , mais dans un cadre supérieur de dépendance , soit ver un niveau supérieur de retard technologique comme résultat final.



                                                         ---------------

                                                      L'ANNONCE CLAIRE


L'économie internationale vue peu avant la déclaration de la crises .

Note.


Sans leaders et contestées, les institutions internationales ont également vu leur système de référence idéologique prendre du plomb dans l'aile. Au cours des années 80 et 90, elles ont surfé sur la domination du libéralisme économique: le FMI et la Banque mondiale réclamaient la libéralisation des économies en échange de leurs financements; l'ouverture commerciale était considérée comme l'objectif naturel de l'OMC; la BRI expliquait que les banques et les investisseurs financiers connaissaient mieux les marchés qu'elle et qu'il était impossible de les réguler, etc.
Depuis, l'ambiance a changé. Qui a écrit: "Les pays en développement qui ont relativement plus recours aux capitaux étrangers n'ont pas crû plus vite sur le long terme et ont même crû moins vite" ? L'économiste en chef du FMI. Qui explique encore que la libéralisation financière a "accru la possibilité de conséquences néfastes plus grandes de l'instabilité financière sur les performances économiques" ? L'un des meilleurs spécialistes financiers du FMI. Et c'est bien dans un rapport récent de la Banque mondiale qu'on peut lire que les politiciens sont trop enthousiastes dans leur croyance en "la magie du marché".

Côté commerce, même chose. Des démocrates américains au nouveau président français, le discours protectionniste s'est durci. Les pays émergents croient moins aux vertus du libéralisme que leurs aînés.
                                                        ------------

Même les économistes, comme l'américain Paul Samuelson, pourtant théoricien des vertus du libre-échange, démontrent désormais que les pays riches peuvent s'appauvrir dans l'échange. D'une manière plus générale, la théorie économique, caution scientifique aux interventions des institutions et qui avait tendance à glorifier les marchés, est en train de changer: on peut désormais y puiser aussi bien de quoi démontrer l'utilité de l'intervention économique de l'Etat que l'efficacité des marchés purs !

Comme l'avoue l'économiste de Harvard, Dani Rodrik, "les différences entre économistes sur la mondialisation ne sont pas le produit de modèles économiques différents ou de lectures différentes des informations empiriques". Elles proviennent "de leurs différents rapports à l'éthique et de leurs préférences politiques".
Désarçonnées sur le plan conceptuel, les institutions internationales n'ont pas pour autant encore effectué leur mue idéologique. Le libéralisme économique y est toujours présent, mais on croit de moins en moins à ses vertus. Un nouveau modèle de représentation du monde n'a pas encore vu le jour, laissant les institutions au milieu de la rivière, avec de l'eau dans leur vin libéral, mais perdues dans leur représentation du monde et du rôle qu'elles devraient y jouer.


                                                            --------------------------





Pauline Collet 09/09/2008 23:13

Bonjour,Je m'appelle Pauline. J'ai 14 ans et je m'interesse beaucoup à la politique. Je soutiens de tout mon coeur Ségolène Royal. Je pense qu'elle est l'avenir du monde. Je voudrais vraiment faire quelque chose pour aider les gens et aider Ségolène. J'habite près de Poitiers. N'hésitez pas à me joindre.Merci,

Koukol 26/08/2008 10:53

C'est surtout une honte. Encore un dispositif pour permettre aux patrons de ne pas embaucher en faisant travailler plus ce qui ont déjà du boulot, tout en les pressurisant un peu plus pour les rendre plus dociles !Des lois purement idéologiques, liées à l'aveuglement idéologique du syndicat soi disant majoritaire du patronat français vis à vis de la réduction du temps de travail. Le Medef rumine depuis 1936, s'il le pouvait, il reviendrait à cette époque (mais bon, on y arrive...). On assiste dans les faits à une politique qui vise à reprendre tout ce que le patronat a laché durant les années 60 à 2000. Travailler des heures en plus pour gagner juste de quoi me payer des anti-dépresseurs, non merci. Le tout pour arriver à ce qu'à 16 ans, tes gosses t'appellent "Monsieur", non merci. Ayons le courage de réorganiser le travail (temps, productivité, étalement des cadences) dans l'intérêt des entreprises mais aussi des salariés et de leurs familles avant de publier des lois aussi brutales intellectuellement et socialement parlant !

jp pornaud 04/08/2008 14:10

C'est pas juste, car les entreprises où les 35h ont bien été négociés et où les syndicats existent, personne n'y touchera !Non, encore une fois Sarko ne va pas assez loin, suppression total des 35h pour TOUS ! Mais il est lâche..Rejoignez nousDésir de Revanche