L'histoire d'un succès français basé sur l'ouverture culturelle

Publié le par Razak

C'est l'histoire d'un train qui arrive à l'heure, l'histoire d'un succès français basé sur l'ouverture d'esprit: en effet, c'est aujourd'hui, la sortie mondiale du jeu vidéo "Assassin's Creed" (en VF "Le credo de l'assassin"). De quoi s'agit-il ?

D'un tour de force technologique et artistique réalisé par Ubisoft, l'éditeur de jeux vidéo français qui rivalise en taille avec les géant américains (Electronic Arts, Activision) ou japonais du jeu vidéo. Sortir en temps et en heure sur plusieurs supports -Playstation 3 et Xbox 360- un jeu d'une complexité inouïe et inédite à ce jour notamment avec 120 personnages ayant chacun leur comportement propre et un superbe graphisme.

Et réussir à vendre en masse - les précommandes ont été un plus haut historique pour la société -, et notamment aux Etats-Unis, un jeu qui déroule au 12e siècle, au Moyen-Orient et dont le héros arabo-musulman est un tueur de la secte des Hashshashin qui ne fait pas la différence entre les "méchants" chrétiens et les "méchants" musulmans, beau symbole non ?

Ce n'est pas un producteur hollywoodien qui aurait fait confiance à Patrice Désilets et à son équipe multiculturelle de 150 personnes réunit à Montréal lesquelles auront travaillé presque 4 ans pour réaliser ce jeu. C'est une société française qui cultive l'ouverture d'esprit: comme quoi l’ouverture à l’autre à ses idées et sa culture, c’est enrichissant à tous les sens du terme.  L'exemple de Kirikou est sans doute plus connu mais ce ne sont que quelques unes des réussites permises par notre "patchwork" de culture à l'oeuvre dans l'Hexagone. 

Commenter cet article