EDF et GDF pour un pôle public de l’énergie

Publié le par Arthur

C’est parce que ces grandes entreprises ont été dirigées jusqu’à une période récente par l’intérêt général que les Français peuvent disposer des tarifs parmi les plus bas d’Europe en matière d’électricité et de gaz.
Grâce à leur caractère public ces deux grandes entreprises ont pu conduire les politiques énergétiques permettant d’assurer la sécurité d’approvisionnement de la France.
 
La mise en bourse de ces sociétés en change complètement la logique. Même si l’état demeure majoritaire n’importe quel actionnaire privé peut intenter un procès pénal aux dirigeants de ces entreprises s’il estime que leurs décisions portent atteinte à ses intérêts.
Ainsi, alors qu’une faible fraction de l’entreprise concernée appartient à des intérêts privés l’intérêt général ne peut plus être la règle.
 
Mais comme ces entreprises continuent à avoir pour actionnaire principal l’Etat elles ne peuvent pas investir librement dans certains pays comme l’Italie, l’Espagne ou la Belgique.
Les avantages supposés de l’ouverture du capital d’EDF et de Gaz de France sont des leurres.
 
Le pacte présidentiel prévoit la création d’un pôle public de l’énergie autour de GDF et EDF. C’est la seule manière permettant qu’elles soient véritablement au service, de l’intérêt de la France.
 
Ainsi la politique énergétique, les choix énergétiques, les actions en faveur des énergies renouvelables et de la maîtrise de l’énergie décidées par la Nation selon les engagements du pacte présidentiel seront menées efficacement par des entreprises qui ne sont pas soumises à des objectifs de rentabilité à court terme.
 
Une partie de leurs profits doivent servir à racheter leurs actions sans ponction sur le budget de l’Etat. Leur situation financière très saine le permet.

Commenter cet article

Fabien-Pierre NICOLAS 21/03/2007 15:30

Je suis à 100% pour ce pôle public d'autant qu'il y a quelques années, le PDG de Suez-Electrabel déclarait "les industries de réseau ne sont pas faites pour être mises en concurrence".Son raisonnement de l'époque résidait sur le coût énorme de maintien d'un réseau peu compatible avec le caractère court termiste d'un secteur concurrentiel.
Quid ceci dit d'une formule d'entreprise publique européenne avec les géants allemands & nordiques ? Leur savoir faire sur les énergies renouvellables combiné avec le savoir faire nucléaire & hydraulique d'EDF ferait un géant public encore plus solide non ?