Une France de propriétaires: demain tous chômeurs ?

Publié le par Fabien-Pierre NICOLAS



On se souvient du voeu de Nicolas Sarkozy pendant la campagne: "Je veux construire une France de propriétaires...". Posséder un bien immobilier n'est pas en soi une chose désagréable mais on a peu entendu d'analyses critiques de cette vision sous l'angle économique.

Marianne fait en effet référence aux 3.7 milliards d'euros dépensés, en pure perte, pour aider l'accès la propriété. Bien sûr, le manque de pertinence d'une telle mesure alors que les prix sont au plus haut semble évident. Au mieux, cela aide à un "atterrissage" en douceur et conserve les prix hauts un peu plus longtemps.

Mais quid de l'impact à long terme ?
A priori,
Andrew Oswald, économiste anglais, semble pointer vers une plus faible mobilité des salariés pouvant mener à terme au chômage quand les bassins d'emplois évoluent.

Or, on note au contraire qu'une mobilité géographique est actuellement de plus en plus encouragée, y compris au niveau européen ou mondial, afin de faire correspondre ses compétences à la demande. Bien entendu,
les tenants d'un ultra libéralisme ont été prompts à tenter de le discréditer au motif qu'il mène aussi des études plus anedoctiques (par exemple l'influence du sexe d'un enfant sur le choix politique...). Nicolas Sarkozy a donc fait un choix qui, pris sur le long terme, aura des conséquences négatives pour notre économie et nos emplois sans parler du coût immédiat d'une telle mesure.

Publié dans tribune libre

Commenter cet article

CLAUDE PR12 20/05/2008 15:10

Fabien,pour une fois je ne te suis pas,je pense qu'après l'achat d'un bien le frein principal à la mobilité est le coùt des droits de mutation indépendamment d'un problème culturel français quant à la mobilité.En Angleterre,les gens bougent beaucoup plus facilement sur un marché plus souple avec des droits de mutation plus bas.