Refonder le capitalisme ou fonder le socialisme du 21 ème siècle?

Publié le par Marc

 

La crise financière mondiale pose avec force une vieille interrogation, le capitalisme est –il condamné ? Le danger est suffisamment grand en tous cas pour que ceux qui en sont de chauds partisans  s’interrogent. Attention disent-ils, un certain capitalisme qui nous a mené où nous sommes ne peut plus durer et M Sarkozy, plagiant les refondateurs du socialisme, veut à son tour s’employer à « refonder le capitalisme » Il ne s’agit pas seulement pour notre Président de distinguer entre le bon capitalisme des entrepreneurs et un capitalisme financier dévoyé, l’enjeu est plus grand et ni plus ni moins que d’en rénover les pratiques pour mieux le sauver, quitte à revenir sur les dogmes d’hier.

Concrètement il s’agit d’instaurer de nouvelles règles du jeu après l’échec patent des dérégulations généralisées instaurées lors des règnes de Margaret Thatcher et Ronald Reagan.

Brutalement des thèmes jusqu’alors développés par la gauche cessent d’être tabous à droite, qu’il s’agisse  de l’intervention de l’Etat dans le système bancaire, de la lutte contre les parachutes dorés et la fraude généralisée via les paradis fiscaux. Qu’on se le tienne pour dit, désormais c’est le « vrai entrepreneur » qui sera encouragé! Il y loin de la coupe aux lèvres, mais au moins cette affirmation a le mérite d'alimenter le débat d'idées quitte à mesurer rapidement l'écart entre paroles et réalités..
En effet, on en serait presque parvenu à l’idée que ce que la gauche dit depuis des années il le fait, élémentaire Mr Watson !

Dès lors une autre question se pose, la gauche qui proclame sa volonté de refonder le socialisme trouve –telle encore un espace de proposition ? Et surtout d’action ?  Il y a dans cette question une interrogation lancinante : sans renouveau radical de sa pensée la gauche est elle condamnée à jouer les Think Tank de la droite ?Qu’on en  juge par le nombre croissant d'idées reprises par Nicolas Sarkozy par exemple chez Ségolène Royal,  ou à se radicaliser dans les mots pour annoncer le grand soir comme le fait Olivier Besancenot ?

Dès lors que la gauche comme la droite de responsabilité admettent que l’économie de marché est la seule à permettre la rencontre des besoins avec des offres diversifiées et innovantes, le débat se porte sur la manière d’entreprendre, de créer et de redistribuer la valeur créée équitablement , le débat porte sur le rapport entre l’entrepreneur isolé luttant pour sa rentabilité et des entrepreneurs et intrapreneurs collectifs ne faisant pas du profit le critère de mesure unique de la performance, le débat est entre une société de violence économique et et de régression et une croissance verte redistributrice sauvant la planète. Le débat n'est pas seulement économique mais concerne une éthique collective.

Plusieurs cercles d’entrepreneurs et de dirigeants se posent cette question et commencent à apporter des réponses proches des nôtres, c’est avec tout ceux là que Désirs d’Entreprendre souhaitent dialoguer dans les respect de leurs opinions.

 

 

 

 

.

Publié dans réflexion groupe

Commenter cet article

Suzano 10/12/2008 09:11

blog...lilou98008déba sur ICERP

Fernandez-Ocampo Roberto 24/10/2008 14:06

Ils vont te lapider , le titre nouveau manegement ne correspond pas sino est un changement des objetifs pour la prise de decisions, ceci ce n'est pas la même chose.

Fernandez-Ocampo Roberto 24/10/2008 12:54

Il est assez général ta présentation en relation au système.Il paraît être comme un analyses en abstrait que ne permette pas aboutir aux idées.Le pragmatisme d'abord , quelles sont les mësures plus adequates pour éloigner la crise et recuperer la production ?A partir des réponses et efficacité des résultats , nous verons la nouvelle société et organisation économique. Mais faire faire un définition en avance est empêcher la libre pensé pour les autre.N'est pas?                                                Roberto